Le gouvernement fédéral a l’intention de retrancher 36 milliards $ au système de soins de santé du Canada. Cela signifie une plus grande détérioration des niveaux de dotation, et les soins aux patients en souffriront.

Si nous voulons assurer des niveaux adéquats de dotation et créer des conditions de travail qui assurent la qualité et la sécurité des soins aux patients, le Canada a besoin d’un plan national, viable et axé sur la sécurité, en matière de ressources humaines en santé.

Une dotation inadéquate augmente les coûts au sein des hôpitaux.

Une dotation inadéquate augmente le roulement du personnel infirmier, la durée du séjour à l’hôpital, et la probabilité d’erreurs médicales. Toutes ces conséquences ont un coût pour le système canadien de soins de santé.

Une dotation inadéquate engendre des milieux de travail malsains et dangereux. De plus, cela constitue une menace à la qualité et à la sécurité des soins aux patients.

Les soins aux patients et leur sécurité sont à risque lorsque les facteurs suivants sont présents chez le personnel infirmier de première ligne : charge de travail excessive, nombreuses heures supplémentaires, taux élevés d’absentéisme, et milieux de travail dangereux.

En 2013, l’âge moyen des IA, groupe représentant la majorité de la main-d’œuvre infirmière, était de 45 ans; près de 26 % avaient 55 ans et plus et étaient au seuil de la retraite. Or, plusieurs des nouveaux diplômés en sciences infirmières ne peuvent se trouver d’emplois à temps plein.
Le temps est venu de mettre en œuvre une stratégie nationale, viable et axée sur la sécurité, en matière de ressources humaines en santé si nous voulons relever le défi lié à une main-d’œuvre infirmière vieillissante.

Faits en bref :

  1. Le taux annuel de roulement au sein de la profession infirmière est de 20 % et, chaque roulement se traduit en coûts supplémentaires de 25 000 $.

  2. Avec chaque augmentation de 10 % du taux de roulement, la probabilité d’erreurs médicales augmente de 38 %.

  3. Le personnel infirmier a fait près de 20 millions d’heures supplémentaires l’an dernier, au coût de 872 millions de dollars.

  4. Une infirmière a plus de chance de faire l’objet de violence au travail qu’un policier ou un gardien de prison.